NAMILIA POUR NABILLA

Les Fashion Weeks sont de véritables opportunités pour les nouveaux designers de se faire connaître. Malheureusement ou heureusement, nous assistons souvent à des collections qui ne seront jamais produites et restent seulement adaptées à un show conceptuel d’étudiants de mode plus que celui d’une marque essayant de vendre des produits.

Les concepteurs designers Nan Li et Emilia Pfohl semblent loin de ces préoccupations et ont présenté une collection inspirée du XVIe / XVIIIe siècle. Par conséquent, non seulement ces vêtements ne peuvent être vendus mais techniquement, il y a un réel manque de savoir-faire dans la réalisation. Ces deux designers qui nous donnent « un reflux gastrique à l’apparition des modèles. La Baronne de Bagnoles de l’Homme est secouée de soubresauts, plus sotte que secouée d’ailleurs. « Je prends cela comme une gifle me dit-elle ‘autant en emporte le vlan.’ Lire la suite

Publicités

FASHION USINE A GAZ

Comme une engeance, ces Agences sont souvent remplies de célibataires endurcies qui se réveillent la bouche pâteuse d’avoir trop bu l’avant-veille après leur 1250ème speed datings, afin d’espérer trouver enfin le prince charmant !

Les cheveux en bataille, gras, cette célibataire endurcie sillonne son appartement (15m²) pour atteindre sa cuisine dévastée par la vaisselle qui stagne depuis 15 jours. Elle trouve enfin une tasse à café à moitié propre ! Après avoir bu ce nectar « eau de vaisselle », son cerveau, à la vitesse usuellement lente, se met à s’activer sous l’effet du Paic (citron ou pas) qui avait coulé dans l’évier. Et merde, se dit-elle d’un ton si distingué, j’ai oublié que c’était aujourd’hui la présentation de la collection de mon nouveau poulain. Lire la suite

LES ERREURS DES FASHION WEEKS

coujtureparisNew York Fashion Week est un rêve pour les adolescents obsédés de mode. Ils stationnent à l’extérieur des tentes de Bryant Park et du Lincoln Center dans leurs plus beaux vêtements dans l’espoir de pouvoir apercevoir Anna Wintour ou Sarah Jessica Parker.

Les dérives sont grandes et entre les extrémistes et les aficionados, la Fashion Week de New York fait son show en IN et en OFF à Greenwich le soir et dans les restaurants à la mode de la Upper East Side, tous ceux qui compte sont là.

Mais, des voix commencent à s’élever pour dénoncer une organisation un peu guindée. Tom Ford, à l’annuel de son « prefall », met à vendre ses modèles directement après le show. Le calendrier est en pleine mutation. Plus personne ne sait où et quand les shows ont lieu. Lire la suite