KARL FAIT SES VALISES

Rimowa célèbre le 80ème anniversaire de ses valises, ‘une Alu’, une grande campagne mettant en vedette notre chouchou, j’ai nommé Karl Lagerfeld. Un premier signe de la nouvelle stratégie, depuis la reprise de la société par LVMH, mais sûrement une image subliminale de Karl pour nous dire : « bye bye, je fais mes valises »

Karl se fait le ‘mâle’ me crie la baronne de Baroche sous Didier, qui décidément ne comprend rien à rien, mais il est vrai que la vie pour elle n’est qu’un ‘compte de faits’. La campagne, lancée sur les médias sociaux a été conçue à l’initiative d’Alexandre Arnault, le fils du seigneur des Arnault. Le Vali du nord a au moins, pour lui, le prénom d’un grand conquérant, mais il parait qu’il n’en a pas que le prénom. La campagne mettra en vedette des images du photographe allemand, Frank Hülsbömer, mais le Kaiser lui en terre allemande sera la seule exception, il se photographiera lui-même, un ‘Elphie’ pour le hamburger c’était de bon aloi. Lire la suite

Publicités

LES TROIS MEILLEURS SHOWS DE PARIS

Le moment fort de la Fashion Week de Paris ne provient pas d’un jeune créateur mais d’un octogénaire ! Dans un décor inspiré d’une cascade, la collection Chanel Paris Fashion chic, présentée avec une obsession omniprésente du plastique. La transparence rendait le défilé mémorable, les matériaux utilisés rappellent en outre que personne n’arrive à la hauteur de Kim Young-Seong, l’experte coréenne de Chanel pour les textiles. Lire la suite

RAMBUTEAU FASHION SHOW

Qui a dit que les défilés de mode étaient réservés à des happy few ? Le label berlinois « Dumitrascu » a improvisé un show sur les quais du métro parisien, en fin de journée. Et Andra Dumitrascu a expliqué avoir dû pour des raisons d’organisation renoncer à présenter son défilé au Centre Pompidou comme elle l’avait prévu, et trouver une solution de repli en moins de deux jours.

« Je n’aimais pas l’idée de le faire dans la rue. Je me suis dit qu’une station de métro était un meilleur endroit. J’aime l’instabilité de la situation », explique la créatrice berlinoise d’origine roumaine. Probablement, c’est le souvenir de ses longues journées d’attente avec ses parents dans le métro.

Lire la suite

KARL LAGERFELD BACK HOME

Karl Lagerfeld has chosen one of Europe’s most amazing new buildings as venue for his next itinerant show for Chanel. It is his hometown: Hamburg. On December, 6th at the Elbphilharmonie, a hulking structure with a wavelike roofline designed by architects Jacques Herzog and Pierre de Meuron.

Lagerfeld typically uses the destination to recount a chapter of the house lore, real or imagined, though he may be tempted to draw on his own history or a building he considers “stunning.”

According to the architects, the Elbphilharmonie takes inspiration from three structures: the ancient theater at Delphi, sport stadiums and tents which could all be fodder for Lagerfeld’s creativity. Lire la suite

CHANEL, LE DOGME DE LA TRANSPARENCE

Je tiens plus que jamais à montrer ma chatte aux pouffes de la haute, aurait déclaré Karl Lagerfeld pour la présentation de sa dernière collection ‘prêt-à-porter’. « Ach » je n’ai pas dit porter mais « prêt-à-poster car demain les robes de Chanel seront toutes expédiées par des Amazon ». Cela n’est pas la même chose. « Das ist unmöglich »‘ ces journaleux je les ferai mettre dans des « quand » au travail pour enfin pouvoir faire quelque chose de plus positif que de ‘Bavière’ sur mon compte.

C’est le moment le plus existant de la Fashion Week de Paris, là où Karl nous emporte dans son délire de mode, et où le couturier fera certainement un tabac sur les médias sociaux, car Karl a toujours du bon tabac dans sa ‘tabavière’. Le Hamburger qui a « pognon sur rue » en France mais surtout à Monaco, nous gratifie d’une année de plus à la tête de la maison Chanel pour toucher la ménagère de moins de cinquante ans qui, en fait, a plus de 80 et moins de trente après opération esthétique. Lire la suite

HERMÈS FASHION WEEK PARIS 2018

Elle garde l’odeur d’un laboratoire à teinture où elle est enfouie, la vraie noblesse lui manque pour parler aux clientes de sa marque, mais la noblesse manque aussi à la marque. Les choses délicates lui échappent, ses mains d’hoboïstes cousent comme une souillon pour réaliser du pipo. Elle enlaidit la laideur et confortablement assise l’horrible elle y habite sans répugnance.

Nadège Vanhée-Cybulski n’a pas sa ‘Philo’ pour réfléchir. Elle revient du familier à l’étrange et de l’étrange pour affronter le réel. J’avais toujours cru me dit la Comtesse de la Hupograve, « que l’apiculture était l’art de cultiver les pommes, de même que l’horticulture enseigne le moyen de faire pousser les orties, contradiction de l’étymologie ! » Cybulski serait-elle un art de surfer seulement en après-qui ?

La couturière parfaite pour Hermès, plate par excellence, juge de la beauté d’une robe au même titre qu’un morpion, tombé par hasard dans l’Olympe, sur le séant d’une déesse. Quand elle regarde une fange à purin, elle regarde son dressing avec miroir. Lire la suite

MABILLE ENIVRE NOTRE MÉMOIRE

Voici l’heure où le pré et les arbres soupirent leurs odeurs, ce jour, dans la salle pleyel, où se joue un instant de musique couture. Je passe de la lumière obscure, où l’ombre se recueille dans l’antre de la Fashion Week de Paris, au soir, à l’heure où se couchent les journaleux pressés de vite rentrer chez eux. Seuls restent les passionnés. Nous arrivons paisible dans la maison de la musique où respirent les âmes fleurissantes des artistes d’antan. On boit les vapeurs de Paris lassé des feux du jour qui s’apaisent et se détendent. Lire la suite