UN TIGRE DE PAPIER

Support d’écriture et transmetteur de mémoire, le papier s’impose à nous comme une évidence, et on ne le sait pas forcément mais cette invention est chinoise, et c’est seulement au milieu du XXe siècle, que nous pouvons lui donner un visage, et c’est celui de Cai Lun, chef des Ateliers Impériaux, mort en 121 vénéré en Chine comme patron des papetiers. C’est une invention toute aussi décisive que l’imprimerie de Johannes Gutenberg quoique moins spectaculaire. L’histoire chinoise de l’écriture et de ses ancêtres fut des nœuds de corde, des craquelures d’os brûlés, des carapaces de tortues sur lesquelles on lit l’avenir, des lamelles de bambous, et des tablettes de jade des Empereurs…

Mais, le bambou étant trop lourd, et la soie trop chère alors Cai Lun, rentré au service de l’Empereur Ho en 75, se met au travail, et il a eu l’idée de recycler des matériaux d’origine végétale, moins nobles et plus légers, « écorces, chanvre, mûrier, chiffons, filets de pêche » et présente son invention en 105 à l’Empereur. Celui-ci est conquis et le vénérable Cai est anobli quelques années plus tard et devient marquis, avant de connaître une fin tragique.

Pourtant, le mythe de l’origine du papier est né, et c’est en 1957 que des fouilles archéologiques menées dans la province du Shaanxi révèlent que du papier de chanvre était en réalité déjà utilisé sous le règne de l’Empereur Wu, deux siècles avant Cai Lun. D’autres découvertes s’en suivent, et elles confirment toutes qu’il existait un papier vraisemblablement destiné à l’emballage des objets.

L’attribution des inventions qui voudrait que chaque technique nouvelle d’importance a un auteur ou un inventeur unique, comme il en est du moteur de Rudolf Diesel ou de l’imprimerie à caractères mobiles en Europe due à Johannes Gutenberg. On sait pourtant que l’invention de Diesel a été rendue efficace grâce aux améliorations de Lucien Eugène Inschaupé et que celle de Gutenberg doit aussi à son associé Peter Schoeffer.

Cai Lun y a perdu ses lauriers d’inventeur, mais on lui doit sans doute une technique de fabrication décisive : la pâte n’est plus étalée sur un support fixe mais sur un treillis mobile de tiges de bambous ou d’hémérocalles, et désormais, pendant que la feuille sèche au soleil, on peut en préparer une autre, une sorte de Taylorisation avant l’heure. Et ainsi, le papier peut envahir le monde. Personne ne mentionne Madame Wintour et ses publications d’un autre âge.

Anonymode

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s