RÉUNION FOSSE COUTURE

Y a-t-il un pilote dans le bastion ? Les orateurs réunis en meeting, rue du Faubourg Saint-Déshonoré, avaient pour objectif que le monstre Hulk avale cette pépite de diamants pour renflouer le géant vert, ce machin de la Seine à gauche qui deviendra une institution de « con-férenciers », de copains et consorts. Cette réunion des fossoyeurs de la mode a fait l’objet d’articles, il y a quelques années, qui m’ont valu d’être mis au banc des affreux de critiquer ce si « con Pétant » Grumler. Les visionnaires sont toujours discriminés, et j’en ai l’habitude, car la vertu est toujours mal traitée, contre la perversité toujours trop bien récompensée . Mais, les règles sont les règles et celles érigées par Jacques Mouclier étaient peut-être formelles, mais néanmoins utiles.

Ce Marrant, qui écrit ses chroniques dans un style si effroyablement lourd qu’on pourrait penser que son calame est lesté d’un donut’s de cent kilos. Son éloquence à la soirée de gala des Sapins de Noël où la fine fleur des couturiers et des designers était invitée, était plus qu’ordinaire. Ce transfuge de l’écriture, philosophe et économiste à ces heures, ressemble plus à ce lièvre, qui s’est mis à courir entre deux armées prêtes à combattre, et quand il fut pris au milieu, crie tout à coup sa peur indicible.

Les gestes remplacèrent alors les images et le cynisme de ces chiens errants que l’on rencontre dans les ministères qui portent au plus haut point la virgule de l’incompétence, jugeant la couture en aveugle et les demandes en sourd, ils se transforment peu à peu en libertaire contraint par l’homme de Tolède.

C’est la réunion des céphalo-abstinent, car pour comprendre un monde que seul Deep Blue, super calculateur, arrive à décrypter, ces maîtres glandeurs ne tarissent jamais d’éloge sur leurs échecs permanents. Heureusement, la Galinette membrée est arrivée pour enregistrer une marque déjà déposée.

Ce monsieur Mode, façon Grumler, qui pense que la mode n’est pas soluble dans les algorithmes, nous fait prendre conscience qu’il n’y entend rien puisque c’est exactement le contraire. La mode est comme l’ensemble des entreprises qui sont, d’abord, des bases de données de connaissances, et la numérisation est désormais la composante majeure de celle-ci.

Notre réel est dominé par le traitement de l’information physique, qui, envoyé dans des serveurs informatiques, nous permet de se connecter à un savoir virtuel en réseau. C’est le principe de la cybernétique du grec (kubernêtês) (qui pilote) : une impulsion numérique qui envoie une information à un capteur, qui lui répond, ce qui crée une boucle Cybernétique. Les algorithmes sont partout et piloteront à terme le monde. De plus en plus de données collectées par l’entreprise deviennent un enjeu majeur, et aujourd’hui Amazon à plus de données sur les clientes de la mode et du luxe que la Chambre Syndicale elle-même ! Consternant !

Vous comprenez maintenant pourquoi les déclarations de M. Marrant  sont « Has been » et que c’est Amazon qui contrôle, désormais avec ses algorithmes, les désirs d’achat de la mode et du luxe. Oui ! Monsieur Marrant, les algorithmes vont diriger le monde, et les directeurs marketing, qui ne seront pas des analystes stratèges de la web sphère, seront « has been » également. La profession s’est fait voler des pans entiers de son propre business et vous pouvez remercier Monsieur Grumler à qui je n’ai cesser de tailler des costumes depuis dix ans car son incompétence était tellement visible, devient aujourd’hui éclatante.

Voici une nouvelle révolution qui arrive : la reconnaissance faciale de la cliente. Quand elle rentrera dans une boutique, on sera tout sur elle avant même qu’elle ne pousse la porte. Alors que vous, vous en êtes toujours au schéma de refaire votre site internet croyant ainsi que vous avez fait acte de modernité numérique.

Le secret de votre longévité, est comme celle de Monsieur Grumler, c’est que vos patrons aiment les bons exécutants. Voilà, le Seigneur des Arnault bien mal entouré, mais, à ne vouloir que de bons laquais on finit toujours par n’avoir que des produits « low cost ». Le plus grand succès de cette assemblée est un échec, l’échec de ne pas avoir le courage d’oser. Cet article a été écrit sur une petite musique de la lettre à Adeline, que nous remercions.

Anonymode

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s