UNE ECOLE DE MODE « HAS BEEN »

EcolesLa mode est un secteur obnubilé par le futur. Créer une des meilleures écoles de design au monde sur des valeurs de conscience sociale s’annonce plus que difficile pour les Français qui se regardent le nombril.

Les formations de l’école de la Chambre Syndicale sont pauvres ! Et pourtant, il pourrait ajouter des cursus en ligne, et des Masters pour englober l’univers de la mode dans son ensemble, comprenant la vente, la communication de marque et le rapport aux media. Mais, Monsieur Wargnier, ex- président exécutif de la Chambre, ne sera pas meilleur aux écoles qu’à la direction de son master ; c’est l’exception culturelle Française quand on est mauvais, on vous garde car vous n’êtes pas vraiment dangereux.

Les étudiants apprennent en gros à fabriquer un vêtement, mais n’acquièrent aucune expérience commerciale concrète avant de décider de leur orientation !

Il faudrait créer des opportunités pour tisser des liens avec le monde de la mode, pas seulement dans le secteur de la fabrication, mais il serait également nécessaire que les futurs designers puissent s’initier aux différents aspects du métier. À l’heure actuelle, les écoles de la Chambre Syndicale sont dans l’incapacité d’innover dans l’approche de la chaîne de valeurs. Des matières premières au produit en passant par l’engagement des clients, le constat est vide et sans véritable stratégie, à tel point que Monsieur Arnault préfère taper dans le vivier de Mod’art et de la Parson plutôt que dans sa propre école. D’ailleurs, il va bientôt régler le problème en créant lui même son propre outil. On n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Enseigner la compréhension du concept de marque, en plus du stylisme, cela constituerait une évolution essentielle dans le cursus. Les étudiants nous disent que personne n’exige d’eux cette dimension, ni l’encouragement des professeurs à le faire. A nos questions, les réponses restent évasives et visiblement sans réflexion.

Leur mission devrait consister à faire passer l’établissement du savoir-faire au faire-savoir, et à transformer le programme de la filière mode dans le cadre d’une mutation globale de l’ensemble des cursus proposés, en reliant les disciplines à travers l’école et en connectant cette dernière au secteur de la vraie vie.

La mode est un business et les designers seront d’abord des hommes et des femmes d’affaires. La mode est complètement intégrée à la culture et à l’activité humaine. Si la mode européenne est perçue comme meilleure, c’est sans nul doute en raison de sa Haute Couture, que les Français ont voulu oublier au profit d’une mode plus Américanisée en oubliant au passage leurs valeurs.

Il faut passer du savoir-faire au faire-savoir, mais pour cela il faudrait des gens intelligents et qui ne confondent pas mode, talent, et courtisan. Celle-ci à l’image de ses sièges « Cactus » à l’entrée de l’école. Personne ne veut s’asseoir sur ce siège, mais tout le monde trouve cela normal.

Etonnant, non ?

Anonymode.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s