LE CRÉPUSCULE DU JOUR DE DAN MARIE ROUYER

Dan septVotre mot féminin préféré ? Evanescence

Que chantez-vous sous la douche ? Je ne prends que des bains.

Prénom de la première fois ? Valérie Kaprisky, mais j’étais seul.

1 glace à deux boules. Quel parfum ? Jambon Beurre

Dans un ascenseur avec Christian Dior que lui dites-vous ? C’est moche mais tu le portes bien

Le tue l’amour le plus efficace dans un couple. Le tous les jours

Votre juron favori ? J’t’adore !

Le film qui vous a le plus marqué ? La vie est belle

2 heures avant la fin du monde que faites-vous ? Je m’achète une conduite

Vous avez le numéro du Pape François que lui dites-vous ? On se marie pour déconner !!

Citez-moi une personne que vous admirez ? Le coiffeur de Michel Houelbecq

Quel est, à vos yeux, l’accessoire indispensable ? L’humour

Quelle pièce ne fera jamais partie de votre garde-robe ? La pièce de 5 centimes

Quelle personnalité, vivante ou morte, ou quel personnage de fiction rêvez-vous secrètement d’inviter à vos soirées ? Caligula, Alice Sapritch, Françoise Sagan

Quel métier auriez-vous exercé si vous n’étiez pas ce que vous êtes aujourd’hui? véto ou gynéco…..pour les minous

Souvenez-vous… Quelles sont les toutes premières émotions que vous avez ressenties à Paris ? Comme disait Sacha Guitry, « être parisien, ce n’est pas être né à Paris, c’est y renaître”

Pouvez-vous me citer un blog d’influence ? Gustave & Rosalie

DAN MARIE ROUYER nous livre sa vision de la nuit et des influenceurs :

“La nuit aujourd’hui ressemble davantage à un centre de profit qu’à la fête. Les propriétaires de clubs furent à une autre époque des artistes, des folles, des aristos ou les trois en même temps. Ils ont été remplacés par des diplômés d’écoles de commerce. Le résultat est palpable, autrefois le panache était roi, aujourd’hui l’argent l’a remplacé.

Devant un physio il fallait être, ou chanceux, ou beau, ou excentrique, ou célèbre. Aujourd’hui, il faut être un bon client qui dépense beaucoup, peu importe les qualités de l’individu.

Malgré tout, la nuit reste la nuit. L’homme est ainsi fait qu’à certaines heures tardives avec l’alcool ou les produits dopants aidant, les filtres tombent et la vrai couleur se révèle, d’où le plaisir de ces conversations ubuesques sur des coins de bars à “pas d’heure”, dans ces clubs qui ont gardé une âme, je pense au Montana, Paradisio, Baron, Castel, Silencio…

Cette alchimie extraordinaire que seuls les noctambules peuvent goûter où les frontières sociales s’écroulent et où l’on dit des choses si intelligentes que l’on préfèrent ne pas s’en souvenir le lendemain. Comme dit le vieil adage, tout ce qui se dit la nuit ne voit pas forcément le jour.
L’influenceur pour moi sont les rues de Paris, à toute heure, de jour comme de nuit. Seul un urbain dans “les quartiers” peut sentir battre le cœur d’une ville, son exacte température. L’information se balade sur les affiches des nouvelles expos ou des covers de Top Models, les terrasses de café, les vitrines de galeries d’art, les devantures de resto, les grands magasins….
Les autochtones font la ville, mais les visiteurs comptent aussi. Très important les visiteurs, on sent la note qu’ils donnent à notre ville en fonction de la pression qu’ils se mettent (regardez les bandes de japonaises), ils s’habillent ultra mode, vont en pèlerinage chez Colette (la Mecque des fashionistas) consomment à tous crins dans les nouvelles adresses, font des efforts pour “en être”. Ils nous donnent tant, j’espère que nous ne les décevons pas trop, mais surtout, ils font une immense partie des rues de Paris, merci à eux et pardon pour les taxis, les barmans râleurs et les crottes de chiens. Mais bon, Paris ne veux pas ressembler à Singapour!!”
Une dernière question …
Vous êtes relation Publique pour le groupe Beaumarly, vous produisez le Bal des Princesses à Paris, à New York, vous lancez avec Julien Méchain le Club Paradisio, quand vous arrêtez vous?
Le Bal des Princesses est un Bal costumé Rock et Mondain qui se déroule une fois par an. J’ai toujours un immense plaisir à sonner le rassemblement du “tout Paris” qui brille pour festoyer dans une atmosphère totalement anachronique.
On y croise des courtisanes à perruque choucroutées et des marquis en Ray Ban. C’est totalement déjanté.
Les plus gros DJ’s des clubs de la Capitale viennent jouer les Mozart des temps modernes.
Il faut voir une fois dans sa vie nos jolies marquises déchaînées sur de l’electro ou du hip hop!
La prochaine édition se déroulera Samedi 7 Novembre à la Salle Wagram, il reste peut être quelques places sur le site du Bal des Princesses.
Je suis effectivement RP pour Beaumarly, je m’occupe essentiellement du Germain depuis l’ouverture et c’est, malgré les années, un plaisir de chaque instant. Il règne dans cet endroit, devenu désormais un lieu incontournable de Saint-Germain-des-prés, une atmosphère exceptionnelle, “ce je ne sais quoi qui fait tout”.
Par extension naturelle, nous avons, Julien Méchain et moi, ouvert les week-end le Club Paradisio niché sous le Germain.
Ouvert du dimanche au jeudi en cinéma privé le lieu mute en mini club privé les vendredi et samedi.
La décoration d’India Madahavi et la programmation de DJ’s pointus en font un Club de nuit prisé par la fashionasta germanopratine.
Beaucoup de demande pour peu d’élus car la place est limitée (ce qui ne fait, pour être honnête, qu’ajouter au charme du lieu.
Pour réserver vos places au prochain Bal des Princesses, le Samedi 7 novembre :

http://www.lebaldesprincesses.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s