PARIS FASHION WEEK 2015 REPORT

WARGNIER3Une mode raisonnable est-elle encore à la mode ? La raison semble gagner les podiums de toutes les maisons de couture, logique car là où la guerre est aux portes de l’Europe, où les incertitudes sont grandes sur nous-même, on cherche plutôt peu l’innovation à tout prix. Le confort, qui était une valeur longtemps sous-évaluée dans les backstages, revient en force dans ces périodes troublées. Raf Simons où « le désastre stylistique » en est la preuve. L’expression dans la non élégance, simplicité pour lui et son entourage, une locution qui semble un gros mot sous les frontons de l’immeuble du Baron au logo CD .
Les tailles sont marquées et les accessoires de la saison prochaine se vendront facilement chez Schiaparelli. Il s’agit de la sandale de cuir qui s’affirme, comme pour souligner que la décontraction est de mise sur l’ensemble de la planète. La sandale règne en maître car le groupe de Diego Della Valle est présent.

L’ADN de la mode, ce fameux héritage des marques, constitue une assurance tout risque, particulièrement à Paris où il est glorifié, de Dior à Chanel en passant par JP Gaultier. Elle s’affirme aussi comme un rendez-vous avec les clientes et permet de décliner le savoir-faire de la petite robe noire, réalisée il y a 100 ans. La créativité est-t-elle morte ? Ce jeu avec les codes est un masque, et est souvent très loin du second degré qui brille Outre-manche où on joue avec les conventions bourgeoises.
Mais, quand les grands groupes restent bien sagement assis sur leurs archives pour produire du « prêt-à-payer », Franck Sorbier s’émancipe de l’ombre tutélaire de ses maîtres, en se mettant en marge, car la créativité chez ses congénères s’accorde à la réalité économique, une équation maîtrisée pour Monsieur Arnault, grand créateur de « ventement ».
Franck, lui, en pleine recherche conceptuelle sur l’avenir de la Haute Couture et sur le Luxe maintient sa ligne de conduite, dans une ère post-apocalyptique. Il maintient à lui seul toutes les valeurs de ce monde pour laisser les bases que d’autres essaient d’effacer pour niveler par le bas la profession, et ainsi pouvoir s’élever par un effet mécanique « Wargnier, mon Maître 63cm ».

Nous ne sommes pas à la limite de la poésie, mais dans la poésie pure, une mode juste comme un Manet ou un Van Gogh. Un moment ou une minute pour nous faire oublier ce monde si injuste. Merci pour cette minute de bonheur.

Anonymode
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s