ATTACHEE DE PESTE

attachedepresteUn jugement récent vient de condamner aux dépens une attachée de presse, qui avait porté plainte contre un ancien client pour cause de factures impayées. Le tribunal a donné raison à l’ancien client, qui invoquait « l’insuffisance de résultat » pour justifier le non-paiement des factures. Un client pertinent qui devait avoir une vision extra-terrestre.
Ce jugement remet gravement en cause un principe « sacro-saint » qui concourt à ce que l’information délivrée par les attachés de presse aux journalistes soit filtrée, fiable et pertinente : l’obligation de moyens pour les attachés de presse, et non l’obligation de résultats. Mais les informations des attachés de presse sont-elles si fiables que cela ?

Si l’obligation de résultat devient la norme, alors les journalistes risquent d’être submergés par une pluie ingérable et incohérente de coups de fils, de courriels et de courriers – comme c’est parfois déjà le cas. Puisque seul le résultat comptera, alors les attachés de presse seront tentées de harceler les journalistes, sans prendre le temps de se renseigner au préalable pour savoir si le media contacté est bien le bon, le journaliste intéressé, et l’info pertinente pour les lecteurs.
J’estime que ce jugement va remettre en selle une race de « mercenaires de la com », des attachés de presse sans foi ni loi pour qui seul le résultat comptera. L’obligation de résultat est la porte ouverte à toutes les dérives dans le métier des relations presse non ? Harcèlement, compromissions, petits arrangements entre amis, etc… font qu’aujourd’hui la norme devient extra-anormal.
Advertisements