STEPHANE ROLLAND

3Arrivés au cinéma Elysées Biarritz, nous descendons quelques marches puis découvrons les robes, immobiles dans la rotonde. Soudain, la lumière s’éteint et nous découvrons la …
projection du premier film de Stéphane Rolland « L’échappée ».

A l’écran apparaissent Nieves Alvarez et Jalil Lespert qui font vivre les différents modèles à travers une narration romanesque où la femme, parisienne, est tout à la fois libre et « ligotée » au buste de chaînes d’or, comme le souligne le Couturier. La juxtaposition du cinéma, fictionnel par définition, et du réel des modèles exposés, souligne davantage le paradoxe qui tend à définir cette course poursuite amoureuse.

Une échappée vers l’intime, vers la rencontre de la parèdre où le corps de la femme devient la toile d’expression de la Couture. Tout en voilant, puis découvrant sporadiquement le corps, Stéphane Rolland nous offre une belle collection élégante et raffinée.

Jérémie Peluso

Advertisements