FRANCK SORBIER

Frank Sorbier, Haute Couture, Fall Winter, 2014, Fashion Show in ParisLa Belle Epoque, c’est l’époque de Rimbaud, Musset, Verlaine,et de l’absinthe qui les mettent en transe, le rouge sang des sofas des maisons de débauche. Les images de Paris nous sont évoquées avec un trait de plume.

La douce musique de Jacqueline du Pré dans le temple de la mode de Charles Frédérick Worth, Franck Sorbier se souvient de cette époque, pleine d’odeurs et de sensations.

Comme d’habitude, vous m’avez surpris et, comme d’habitude, je me suis laissé emporté dans votre rêve. J’ai pourtant résisté, mais, de nouveau, vous avez été le plus fort. Un Prince est toujours vexé de ne s’être employé à la perfection, mais n’ayez crainte tout était parfait. A la fin du show, une mariée apparut d’une beauté ineffable, inavouable même. De sa physionomie et de son maintien ressortaient la promesse d’un amour multiple et complexe, d’un bonheur indicible, insupportable même ! Comment n’aurait-il pas pu en être autrement ?

Alors, je n’ai plus qu’à vous remercier de ce petit moment d’oubli qui m’a transporté au delà de mon âme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s