AVEC OU SANS FRANCK SORBIER ?

velosDans un monde où l’excellence tend à disparaître, où le banal devient extraordinaire, où les imbéciles prennent le pouvoir, un artiste de génie devient un homme dangereux. Franck Sorbier fait parti de ces génies. Il est intemporel. Il est Maître d’Art et le seul de toute la Haute Couture Française.

Bien sûr, quand vous êtes le seul, vous vous attirez toujours la jalousie et les convoitises. Pendant que les autres créent ce qu’ils appellent des accessoires, qui, d’ailleurs, ne sont pas créés par eux même mais par des studios marketing, Franck Sorbier marque de son empreinte tel le peintre. Il s’envole pour réaliser ses collections, et nous enchante à chaque fois.

Peu savent à quel point cet homme est créatif ! Seuls quelques uns, ceux qui le fréquentent de près. Sa personnalité est telle qu’il impressionne quand il rentre dans une pièce. Il à l’oeil de celui qui regarde et ne manque aucun détail.

C’est une torture de le recevoir chez soi,  il inspecte tout, du cendrier design sur la table à la photographie accrochée au mur. Il ne juge pas, il observe, il analyse, il est comme une éponge qui se nourrit de ce qui l’entoure, il enregistre et imagine déjà les détails de ses futures collections.

Si Franck Sorbier rêve éveillé, il nous emmène dans son « chem » initiatique. Il l’exprime par ses rêves de mode. C’est celui du chaman destiné à nous guider vers les chemins d’un autre monde. Rêve du visionnaire qui nous transporte dans un univers abstrait mais non sans véritable sens. Il est capable de mettre en forme ces allégories puissantes que la civilisation occidentale nous a atrophiées, inhibées, pour mieux nous empêcher de voir. De voir vraiment. Grâce à Franck, nous voyons à nouveau.

Mais, dans le cas d’espèce, ce n’est pas de ressentiment qu’il s’agit : le rêve devient véritable. Une vision où « Le monde devient rêve, le rêve devient monde », donnant l’équation qui régit le sommeil habité ou habitable de ceux qui sont les gardiens du temple de la Haute Couture.  Sans vous, Monsieur Sorbier, la Haute Couture souffrirait d’une telle absence. La véritable question est : la Haute Couture peut-elle se passer de Franck Sorbier ? Bonne question ! Je dirais, Non !

FM.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s