FENDI BY CARNE LAGERFELD

Fendi ou Lima-culé confection, loin de sa baguette pour les connaisseurs de la marque, c’est toujours le kaiser qui officine depuis 1965. Une débauche de soieries, de cuirs et de mousselines, ré-interprétation du Tartan, c’est là où le Hamburger est le meilleur dans l’interprétation de la culture des autres. Karl lui avance, car il ne suit jamais une idée fixe.

Savant mélange entre Mondrian et les filles de foi qui ont des croyances antiseptiques, mais peu importe, nous nous laissons emporter dans une collection qui survole le power fileur. Chevelure bleue, comme la barbe du seigneur de Guillery, mais là c’est la femme qui vous mange tout cru. Quand le culte de la beauté tourne à l’obsession, Fendi où enfin le retour du chic à l’italienne, après Gucci, hier, il était temps ! Un petit moment de gloire pour le Seigneur des Arnault : Pinault 0 : Arnault 1. Lire la suite

Publicités

GUCCI DES RUINES ROMAINES POUR MILAN !

C’est sur des ruines que Gucci installe sa couture, des ruines qui, au demeurant, devraient être romaines, mais, pour le cas de figure, elles seront milanaises ! Chacun pense qu’Alexandre Michel qui décrypte la mode comme un costume de scène, n’a pas plus de goût qu’un garçon coiffeur, mais il en a le look. Par contre, certainement pas le New Look.

Il n’est pas un esprit facile, mais entre la facilité pour pondre sans effort et sa fécondité laborieuse, voire quelquefois douloureuse, il y a un abîme d’incompréhension pour les esprits qui cogitent. C’est un homme à couture rare, et quand il a une idée, il la cuit et la recuit, non pas dans son jus, car il n’en a pas. C’est un esprit d’une sécheresse supérieurement sec, une compréhension de la mode en surface, avec ni sentiment, ni enthousiasme, ni idéal et ni profondeur, un talent physique comme celui du dessinateur à l’emporte-pièce, ou encore comme celui de l’enlumineur de cartes de géographie.

Tous les égouts sont dans la nature, et pour ces métiers et cette industrie, il faut somme toute, de temps à autre vidanger. Il découpe en empaquetant la couleur, il laisse aux yeux de l’esprit la sensation insupportable de deviner un message peu ou prou compréhensible. Que l’on me passe le mot, ce n’est finalement qu’un faiseur de bric-à-brac. Lire la suite

JULIEN MAC DONALD LONDON 2018

Vous souvenez vous de cet article sur se couturier qui crée un hamburger ? Voici un rappel : Nous avions vu beaucoup de collaboration dans la couture et c’est le créateur britannique Julien Macdonald, un nom prédestiné, qui nous a dévoilé aujourd’hui sa collaboration avec Mac Donald, un burger haute couture. On aura tout vu. Un « Cartier » de viande entouré d’un gagne-pain appelé signature, comme s’il voulait nous rappeler qu’il fallait le « brander » avant de le manger. »

Et bien, nous attendions avec impatience sa collection sortie tout droit du fast food de la création, un designer doué seulement en 140 caractères, un poète de mode qui nous donne sa couture poétique où les vers s’y sont mis. Il aspire au grand sans pouvoir l’atteindre, et fuit la vulgarité sans pouvoir lui échapper. Une édition limitée, pour cerveau couture abstinent, une collection où il faut oser le moche ; un grand courage ! Lire la suite

KIM JONES IN VERSACE

At Versace, discussions are held to recruit the designer Kim Jones, currently men’s artistic director at Louis Vuitton.

Interviewed on the sidelines of the Versus show in London on Sunday, Versace chief executive officer Jonathan Akeroyd declined all comment. A Vuitton spokeswoman also declined comment, while Jones could not be reached for comment.

An extraordinary globetrotter with a passion for wildlife, Jones has no design experience in women’s wear or couture, but has had a storied fashion career, with John Galliano snapping up his graduate collection from Central Saint Martins.

His own men’s wear label, known for its sporty, streetwear edge, lasted for eight seasons and attracted the attention of Dunhill, where he was creative director from 2008 to 2011, when Vuitton came. Lire la suite

HERMES, WHAT’S GROWING ON?

Hermes sales were up 8.9 percent in the second quarter, down from 13.5 percent in the previous three months. Revenues in the three months to June 30 totaled 1.36 billion euros, representing a rise of 8.3 percent at constant exchange rates.

That compares with a 15 percent rise in revenues at LVMH Moët Hennessy Louis Vuitton, and a 25.4 percent increase at Kering, which saw net profit surge 77.6 percent thanks to another outstanding performance from its cash-cow brand Gucci.

In the medium-term, despite growing economic, geopolitical and monetary uncertainties around the world, the group confirms an ambitious goal for revenue growth at constant exchange rates. Everybody can dream. Lire la suite